· 

Les Constellations Familiales avec Françoise Binamé


Chacun de nous, qu'on le veuille ou non, est souvent déterminé par des vagues d'influence venues de son arbre  généalogique. Aujourd'hui, la dimension transgénéalogique est vraiment reconnue par les milieux autorisés de la psychologie. Il aura fallu des "débroussailleurs" de génie, tels que le Docteur Anne Ancelin- Schützenberger, Alexandro Jodorowski, Bert Hellinger, et bien d'autres, pour enfin, prendre en considération ces "boules émotionnelles" non exprimées dans nos lignées, qui nous impactent malgré nous, et dont on peut se défaire, en libérant des mémoires passées, pour vivre enfin notre vie. Les constellations familiales, en ce sens, permettent des prises de conscience libératrices pour nous détacher de ce qui ne nous appartient pas. Entretien avec Françoise Binamé, kinésiologue et facilitatrice en constellations familiales.


Les constellations familiales : faire la paix avec ce qui ne nous appartient pas

vague(s) : Peut-on définir la pratique des 'constellations familiales' ? 

Françoise Binamé : La méthode des 'constellations familiales' est une pratique énergétique, qui nous permet de revivre les situations de notre passé ou celles de nos ancêtres, je parle d'un point de vue émotionnel. En revivant ces situations, nous pouvons voir, et ressentir surtout, ce qui n'a pas été réglé dans le passé. Lorsque ceci est mis en évidence, nous allons pouvoir modifier notre regard, et exprimer vis-à-vis de nos ancêtres ou de nous-mêmes des phrases de réparation, ou effectuer un acte symbolique. 

La personne qui est en demande, et qui effectue un travail de 'Constellation' est souvent spectatrice, mais cela peut être différent en fonction des animateurs. C'est un moment intense au niveau émotionnel, et c'est cela qui est libérateur. Il arrive que certaines personnes ne soient pas dans l'émotion, soit parce que ce n'est pas le moment pour elles, ou qu'elles se mettent une protection, par peur de souffrir. C'est pour cela que pour faire une 'Constellation', nous devons être dans une demande très précise. Et c'est généralement la souffrance, ou le besoin de changement qui nous y pousse. C'est ainsi que lorsque nous avons une personne de notre entourage qui va mal, nous sommes tentés de pousser cette personne à faire quelque chose. Mais si celle-ci ne veut rien faire pour elle, nous pouvons, à partir d'une constellation, comprendre ce qui nous touche, et faire quelque chose pour nous. Pourquoi notre enfant, nos parents, notre employeur, nos collègues agissent ainsi ? Nous ne vivons jamais rien par hasard. 

Les 'Constellations' peuvent se faire en groupe ou en individuel. C'est le choix de chacun, il n'y a pas une méthode meilleure. Mais le travail est un peu différent. 

 

vague(s) : Quelle est la typologie des personnes, globalement, qui se lancent dans une telle démarche ?

Françoise Binamé : Lorsqu'une personne décide de faire une 'constellation', c'est que, très souvent, elle a déjà fait un certain parcours et a donc essayé différentes méthodes. En général, les personnes se rendent compte qu'il y a un lien entre leur vie et celle de leurs ancêtres. En remarquant que nous reproduisons des schémas familiaux, nous avons envie d'en sortir et de nous en libérer. Une personne qui vient "jouer" une constellation est toujours dans une certains souffrance, ou insatisfaction dans sa vie. On ne vient jamais pour voir" ce qui s'est passé chez nos ancêtres. C'est toujours par rapport à une problématique que l'on vit. Il s'agit de trouver le lien entre ce que nous vivons et ce qu'ont vécu nos ancêtres dans le passé... 

 

vague(s) : Peut-on considérer les 'Constellations familiales' comme une thérapie brève pour se défaire d'un malaise récurrent qu'on ne parvient pas à définir ? Ou doivent-elles compléter une thérapie ? 

Françoise Binamé : Les 'Constellations familiales' ne sont pas une thérapie à proprement parler, mais une méthode complémentaire à un autre travail thérapeutique. On ne peut pas essayer de tout résoudre avec une ou même deux ou trois 'Constellations'. Tout travail sur soi demande du temps, de la patience et un certain investissement. A notre époque, nous sommes tentés de vouloir tout régler rapidement, le monde va vite, et nous cherchons la 'baguette magique'. Mais comme je l'ai dit précédemment, cela nécessite du temps : un malaise peut avoir différentes causes. 

 

vague(s) : Les résultats peuvent-ils être mesurés ?

Françoise Binamé : En fonction de notre parcours, une 'Constellation' va débloquer une situation rapidement ou cela demandera encore du travail. Cela fait partie d'un processus et le résultat va en dépendre. 

 

"Les personnes se rendent compte qu'il y a un lien entre leur vie et celle de leurs ancêtres.

En remarquant que nous reproduisons des schémas familiaux,

nous avons l'envie d'en sortir et de nous en libérer". 

 

 

vague(s) : Quel a été, Françoise, votre cheminement personnel et professionnel avant d'accéder à cette pratique ? 

Françoise Binamé : Je suis la quatrième fille d'une fratrie de huit enfants, où la famille, vous vous en doutez, avait une place importante. Mon père, médecin généraliste, est décédé brutalement à l'âge de 46 ans. Ce qui a provoqué un grand bouleversement pour nous tous. Cette expérience douloureuse m'a amené à me poser beaucoup de questions sur la maladie, le sens de la vie et de cette épreuve. Mais c'est surtout à l'approche de la quarantaine que la vie m'a obligé à m'arrêter. J'ai vécu une crise existentielle profonde et j'ai complètement changé de vie. C'est au même âge que mes parents ont vécu leurs difficultés - 46 ans pour la mort de mon père et 45 ans, l'âge auquel ma mère est devenue veuve -. J'ai commencé par changer ma vie professionnelle, j'ai repris des études, ensuite, mon mariage n'a pas tenu et nous avons divorcé. Peu de temps après, je me suis retrouvée ici, dans l'Aude. 

A 45 ans, j'ai repris des études d'infirmière, tout en sachant que ce serait une première étape. Car je ne savais pas vers quoi je voulais aller. C'est au cours de cette première année que j'ai découvert la Kinésiologie et la Biologie Totale. J'ai arrêté après un an mes études d'infirmière, car cela ne me correspondait pas. Puis, j'ai repris des études de Kinésiologie, et c'est à cette période que j'ai connu les 'Constellations familiales'. J'ai commencé la formation, j'étais certaine que c'était ce que je recherchais. Je n'ai pas été déçue. Au contraire, c'était très enrichissant. Depuis, je n'ai cessé de me former, de lire et de me renseigner sur la psychogénéalogie, la métaphysique et les différentes techniques énergétiques. C'est devenu une passion, et une raison de vivre, je me sens vraiment à ma place. 

 

vague(s) : Vous avez vous-même travaillé votre histoire familiale avec les 'Constellations familiales' ? 

Françoise Binamé : En travaillant mon histoire familiale, j'ai retrouvé des liens avec tous ces événements. Je ne pourrais pas tout expliquer car ce serait trop long. Mais voici un petit exemple : quand je suis arrivée à Limoux il y a 10 ans, ma cousine m'a appris que son père - mon parrain - y était venu pendant la guerre, je n'en savais absolument rien. De plus, il est resté environ 6 mois dans le petit village où je vis actuellement ! Ce n'est pas le seul exemple, il y a eu un nombre considérable de synchronicités dans ce que j'ai vécu qui font qu'il n'y a aucun doute pour moi quant au lien que nous avons avec notre généalogie. Cela va même au-delà de notre famille, car j'ai constaté qu'il y avait aussi un lien avec des personnes très proches de mon enfance, dont une nounou. 

 

Les 'Constellations familiales' ont apporté un éclairage important dans ma vie. En me libérant de ce qui ne m'appartient pas, je peux décider librement. Faire mes propres choix sans être guidée, inconsciemment, par mon passé transgénérationnel. Cela demande de lâcher prise, de se reconnecter à son intuition, et d'être responsable de sa vie, et non plus de se victimiser. Nous sommes tous amenés à cela, un jour ou l'autre. Et si vous vivez des difficultés, dites-vous qu'il y a un sens, rien n'arrive par hasard. Il ne s'agit pas d'une punition, mais d'une opportunité de retrouver le "vrai sens" de notre existence sur terre. Notre époque est difficile mais exceptionnelle aussi. Nous n'avons jamais eu autant de moyens pour nous aider à grandir. Que ce soit par les messages transmis par les films, les conférences, certaines émissions et bien sûr, le nombre grandissant de thérapeutes et de thérapies. 


Françoise Binamé

Facilitatrice en Constellations Familiales et Psychogénalogie - Kinésiologue

11300 Gaja et Villedieu - Limoux

Tél. 07 81 56 63 02

Site webpsychogenealogie.info

 


Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Marin (vendredi, 03 mai 2019 14:21)

    foutaise, arnaque,danger

  • #2

    Marie (mardi, 30 juillet 2019 14:34)

    arnaque, menteuse, affabulatrice, fric, manipulatrice des personnes faibles qu'elle sent bien venir, honteux, exploitation du cerveau, et surtout grand danger....

  • #3

    Lopésa (mercredi, 14 août 2019 21:59)

    croyez les vérités scientifiques ; doutez des pseudo sciences

  • #4

    marie madelaine (jeudi, 15 août 2019 16:40)

    constellez, constellez, allez toucher les étoiles et dormir à la belle étoile....

  • #5

    Jeannot (samedi, 17 août 2019 15:32)

    Ne confondons pas le thérapeute et le psychotérapeute, et le psychologue (des années d'études universitaires pour ces deux derniers) alors que le thé rapeute se forme en quelques heures ! le choix est vite réglé ; la crédibilité aussi ; prudence les amis !!!! quant au thérapeutes multi-services ou produits (commerciaux) à pisser de rire ou plutôt à mourir de rire. Mieux faire un 100 mètres dans la nature c'est gratuit et ça fait tellement de bien.....