· 

vague(s) - Mystères de la création : Rim Laurens, compositeur et DJ

Le jour où nous rencontrons Rim Laurens, c'est un vendredi 29 juin. Son émotion est palpable : il vient de vivre un instant de grâce, il y a quelques jours, à l’inauguration des « Nuits de Fontfroide ». Le public, venu assister au spectacle son et lumière à l’abbaye cistercienne, ce soir de pleine lune, est profondément touché. Il n’y est pas étranger, il en a écrit la musique avec Patrick Vidal, compositeur lézignannais, guitariste et orchestrateur. La musique, c'est ce qui électrise Rim Laurens, un véritable baume pour celui qui ressent les sons avec une si grande acuité.

La partition symphonique de neuf minutes accompagne désormais tout l'été la mise en lumière de la cour majestueuse Louis XIV de l’abbaye de Fontfroide. C’est Pierre Boy, chargé de la mise en lumière des nocturnes de Fontfroide qui sollicite tout d'abord Alain Laurens. « Puis, j’ai fait appel à Patrick Vidal, pour sa connaissance de l’univers musical classique. Nous avons travaillé à quatre mains, de manière fluide, en osant casser les codes du classique à travers mes atmosphères intuitives ».

Il s’étonne encore de ne pas avoir connu plus tôt l’abbaye, ce lieu dans lequel il s’est immergé quelques nuits, corps et âme. Un plongeon dans l’histoire de l’abbaye, à en visiter « en VIP » tous les coins et recoins, pour mieux en saisir l’essence.

 

Frissons à l’abbaye de Fontfroide

Mission réussie : le morceau lyrique des deux compositeurs nous amène loin dans l’espace de nos cœurs.

Il s’élève crescendo, s’interrompt brusquement – quelques secondes à peine suffisent à évoquer le vœu de silence des moines cisterciens - pour nous transporter jusqu’à la note finale.

 

En état de réceptivité

Une chose est sûre, cela nous fait frissonner, rêver, voyager dans un autre espace-temps. Une poésie à fleur de peau. Puissante et céleste. La créativité, cette part libre en nous, prend forme dans la matière, donnant à voir, à écouter : l’Art de la Vie, sous toutes ses formes, est reconnexion. « Je pense qu’on ne crée rien, on reçoit. Ce que je sais à travers ma création, c’est que je suis une espèce de parabole et que je capte. Je me mets, au bon moment, en état de réceptivité et si moi, je ne le crée pas, un jour, quelqu’un le prendra, dans un mois, six mois car cette idée est libre … c’est le "cloud", ou l’âme universelle. Soit tu la cristallises ou pas », nous dit Rim, qui n'en est pas à son premier essai.
La société de production installée à Cannes Adastra Films fait appel régulièrement à ce jeune compositeur de musiques talentueux. Aussi bien pour le cinéma que la publicité. Rim Laurens a déjà habillé les bandes sons d’une vingtaine de films sélectionnés dans plus de 500 festivals, et compose des musiques originales pour des réalisateurs du monde entier. DJ, il est aussi reconnu pour ses sets électro-atmosphériques, identifiables entre mille. En solo ou avec la formation The Blue Code, il intervient régulièrement dans la région pour transmettre ses « ondes de forme, que je manie au feeling, en fonction des variations émotionnelles que je saisis du public avec ma musique naïve, instinctive et répétitive... ».

 

Alors heureux, Rim Laurens ? C’est un grand oui qui résonne ce jour-là dans la pièce. Il ne l’a pas toujours été. On pense à croire que c’est cette connexion directe et instinctive de la musique qui l’a sauvé et soigné d’un profond mal-être. « Une certaine mélancolie m’habite quand je compose. Quand j’entends Laure d’Andoque, gérante de l’Abbaye de Fontfroide évoquer la tradition familiale dans laquelle s’inscrit Gustave Fayet - il  a cru en des artistes alors qu’ils n’étaient pas encore connus - et qui nous souhaite la même reconnaissance... Alors, oui, je suis très heureux de partager le plaisir de la musique  ».


Tout l'été à l'abbaye de Fontfroide

A écouter et à voir : visite nocturne libre

 

Retrouvez Rim Laurens à la 5ème édition Buvette, à Gruissan

Du 9 au 14 août

Écrire commentaire

Commentaires: 0