· 

CONFESSIONS SUR CANAPÉ : LA CHANTEUSE SOPHIE BARBERO SE RACONTE....

On porte en soi, très tôt, des prédispositions que souvent, on ne se permet pas de faire éclore à l'âge adulte. Par peur d'oser le grand saut, manque de temps ou de confiance en la vie, emmuré parfois dans des cages trop étroites. Qui donc se souvient encore de ses rêves d'enfant ? Et qui parmi nous, les a réalisés, permettant ainsi à la vie de couler, à flot ? Pour Sophie Barbero, comédienne de théâtre dans l'Aude depuis une trentaine d'années, est venu le temps de suivre le courant qui l'amène à ce qu'elle veut être aujourd'hui : chanteuse. Et peu importe ce qu'on lui en dit, ou en dira, elle y croit. vague(s), une belle après-midi de février, s'est posé avec la chanteuse autour d'un café. L'interprète et compositrice évoque "Mon canapé", son premier album sorti l'été dernier. Un album de 12 titres inclassables, vivifiants et sincères. Confessions sans fausse note d'une femme qui se veut libre. 


Hommage à la femme

Sophie Barbero, à 46 ans, commence un nouveau métier, comme si elle en avait 18. Et n'a pas peur de dire qu'elle commence de zéro. C'est avant tout avec elle-même qu'elle s'est donné rendez-vous, Sophie, et la Vie l'a bien écoutée. Plus envie, nous dit-elle, de se cacher derrière des personnages de théâtre, ni d'être identifiée ad vitam aeternam au clown qui l'enferme... "J'ai besoin de faire une pause avec le théâtre, même si je continue à jouer sur scène avec la compagnie Baudracco ". 

 

En présence de Sophie, on ressent de suite ce besoin urgent, trépignant même, à vouloir à tout prix interpréter en musique et sur scène ce qu'elle a à dire. La femme qu'elle est, entend respirer à pleins poumons. Et ne plus jouer autre chose que sa propre partition. Sans fards, ni artifices. 

 

"C'est ma révolution", souligne-t'elle, les yeux qui s'illuminent. "J'ai eu envie de m'affirmer, et de dépasser les difficultés à parler de soi, à se mettre à nu. Une envie de dire les choses avec ma vérité, exprimer qu'avec l'âge, le corps change, que l'on peut avoir peur d'une nouvelle liaison... Aujourd'hui, à 46 ans, je me sens libre, j'assume la femme que je suis. Avec moins de complexes aussi. Et mes chansons, en concert, touchent beaucoup de femmes. Les paroles parlent d'expériences, et ces expériences ont cela de commun qu"elles résonnent en chacune d'entre elles."

 

Pour mieux souligner sa propre mue et se défaire de ses personnages de théâtre, Sophie a changé la couleur de ses cheveux, sorti les chansons, - tous ces mots orphelins -, des tiroirs de sa vie, et libéré la Sophie Barbero nouvelle, la Sophie Barbero librement chanteuse, la Sophie Barbero affirmée. Un nouveau défi pour celle qui se renouvelle sans cesse ? Oui, probablement, celui de réunir en une seule toutes les femmes qui la contiennent, de la femme mère à la femme maîtresse, de la femme créatrice à la femme oubliée... "La femme sous toutes ses coutures", .... s'exclame-t'elle, en un grand rire. Sans oublier la petite fille qu'elle fut, qui faisait ses gammes en école de musique - piano et guitare classique - et qui croyait qu'il lui serait impossible d'offrir à un public les chansons qu'elle composait alors. 

Une chanteuse conteuse qui tient la scène

C'est donc une nouvelle voie qui la réunifie. Même si au fond, elle sait qu'elle n'est pas chanteuse, qu'elle n'a pas spécialement de voix, juste un timbre qui lui permet, pendant une heure de concert, d'embarquer son public dans un univers : le sien. "Je suis une conteuse. Et une interprète qui a envie de dire des choses. J'ai ma place. On m'a dit que j'étais une 'fille de cabaret', qu'il ne suffisait pas seulement de m'écouter, mais qu'il fallait qu'on me voie. Et c'est parce qu'on me voit qu'on aura envie de venir m'écouter chanter. "

 

Et elle est à l'aise, Sophie, elle tient la scène comme on dit, elle nous balade, sensuelle et généreuse, crue et sincère. Et cela vient nous titiller, nous toucher dans notre sphère, parce que c'est de cela dont on a tant besoin, de ce partage sincère qu'elle sait si bien offrir. Alors, elle trépigne, Sophie, en attendant de se produire ici ou ailleurs, avec cette truculente envie de partager ses mots, ses mélodies avec le plus grand nombre et de faire vibrer son public autant qu'elle, elle vibre.

 

On n'en doute pas : il se passe vraiment quelque chose quand, accompagnée par ses deux musiciens, Bruno Perren, à la guitare et Antoine Ona à la contrebasse, elle promène son public, avec des mélodies tantôt graves tantôt légères, des mots tendres ou cruels, des rythmes tristes ou joyeux. Un monde de dualités qui nous rappelle, de toute évidence, que la Vie, composée de hauts et de bas, est à goûter et savourer... avec ou sans canapé. 

Photo Sandra Rossi


Le clip, "Mon canapé", co-créé avec le réalisateur  Gilles Martinez (en présence de Julien Augustyn, comédien) 


# Prochain concert de Sophie Barbero à Narbonne le 11 juillet 2019 à 16h30 dans le cadre du Festival ELIZIC' au Jardin de l'Archevêché

# Le CD 12 titres "Mon canapé" est en écoute sur toutes les plateformes musicales, et en vente pour 10 euros (contacter Sophie Barbero via sa page Facebook) 

# Le film de Gilles Martinez BANG PUBLIC vendredi 8 mars à 21h à Gruissan et samedi 9 mars à 21h à Ouveillan.

Écrire commentaire

Commentaires: 0