· 

Choisir sa vie sans la subir, c'est possible. Entretien avec Jessica Palacio, agitatrice


Le verbe "agiter" nous vient du mot latin, qui signifie "pousser, remuer". En vieux français, on utilisait le verbe "agiter" pour évoquer différents champs possibles amenant à résoudre une problématique. Alors c'est quoi au juste une agitatrice ? vague(s) s'est posé la question avant de rencontrer Jessica Palacio, qui aujourd'hui, accompagne les femmes, avec bonne humeur, dans la création de leur business idéal. On est nombreux(ses) à rêver d'exercer une activité professionnelle qui nous épanouirait au quotidien et remplirait le portefeuille. Et où travail rimerait avec plaisir. Cela tombe plutôt bien : vague(s) consacre son numéro de printemps au pouvoir créateur. Est-on vraiment libre de créer nos vies ? Ils sont de plus en plus à penser que oui, et Jessica, avec 12 ans d'entrepreneuriat, 2 reconversions professionnelles et 3 créations d'entreprise à son actif, est de ceux-là. En ces temps de profond changement, son message est profondément rafraîchissant. Il nous invite à sortir de la fatalité, d'un certain déterminisme, de la passivité et du non-mouvement de la vie. Et s'il suffisait de changer de point de vue ? Parcours d'une agitatrice qui vit la vie de ses rêves. 


Pour cette jeune femme, deux valeurs fondamentales : la joie et la liberté. La liberté d'oser et de suivre le chemin de son cœur, même s'il n'est en aucun cas balisé. Elle vient tout juste de faire sa première conférence à Albi, lors de l'événement "Mission Réussir", où sur 3 jours, vingt conférenciers sont venus partager la clé du succès de leur entreprise. Elle en est revenue les yeux encore plus pétillants. Convaincue de son choix.

 

Avant de se lancer dans ce qui l'anime profondément - l'accompagnement à l'entrepreneuriat féminin - Jessica avait une vie qui lui réussissait plutôt bien : une marque qu'elle a elle-même créée - Sortez + -, un couple heureux, une belle maison, des amis, des voyages...

 

Mais... Car il y a un mais. Jessica, un beau matin, ne trouve plus aucun sens à ce qu'elle vit. Elle se sent limitée à son seul rôle de commercial, bien loin des débuts de Sortez +, le job qu'elle avait conçu de A à Z.  La créativité en berne. Pour cette entrepreneuse à succès, - elle en est à la création de sa troisième entreprise -, c'est l'heure de la remise en question. 


Un moment T où tout bascule

A celle qui dit haut et fort que nous ne sommes pas venus sur terre  "pour en chier", il a fallu toutefois passer par des moments inconfortables, afin de trouver sa vraie nature, réfléchir à ce qu'elle veut vraiment, et se libérer de ce qui au final, ne lui appartient pas. « Mon père m’a toujours dit : toi, tu seras commerciale ! Tu n'as pas besoin de faire d’études. L'idée m'a plu. Comme lui, je suis devenue commerciale. Par loyauté. J’ai été très façonnée » Alors, elle se questionne, se regarde avec courage, pour se "dépoiler" de ses propres conditionnements : « Il faut aller se dépouiller de tout ce qu'on n'est pas, de toutes ces couches qu'on nous a collé sur le dos, l'éducation familiale, les croyances dont on a hérité, les pensées sur nous-mêmes, sur la vie.  Se voir sans fards...».

 

La vie telle qu'on nous la propose n'encourage pas à la réflexion, sur soi, sur ce qu'on veut. Il semblerait que nous sommes joués par des forces qui créent à notre insu et que nous ne maîtrisons pas. Éloignés pour certains, parfois, de nos véritables élans, de nos potentiels innés. « Je pense que certaines personnes subissent leur vie, parce qu’elles n’ont pas réellement choisi. Quand on leur demande ce qu'elles veulent, elles ne savent pas au final. On travaille du lundi au vendredi, de 8h à 18h, et voilà. On va chercher les gosses à l’école, on rentre à la maison, on fait le linge, et la bouffe et ... après, je vais me mettre dans mon lit, je suis crevé ! Quand la vie décide de vous faire changer, cela va au clash. Et cela ne fait pas du bien ! ».

Et elle sait de quoi elle parle, Jessica, elle qui avant sa "bascule", passera 10 jours dans un hôpital de Phuket en Thaïlande, après avoir contracté la maladie de la dengue. Trois mois d'arrêt maladie. « C’était en 2014. Les prémices. Trois mois à dormir, à laisser mon corps récupérer, à lire sur le web, et découvrir une autre vision de l'entrepreneuriat, comme celui d'Olivier Roland à travers son livre  "Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études". C'est à ce moment où je me suis dit, STOP, j’arrête de subir ma vie ».

 

Peu de temps après, la décision est sans appel : elle vend son concept Sortez + et  fait un... bébé, tout en prenant conscience de sa créativité, même si « Pour moi, créateur, c'était forcément être artiste. On me disait que j'étais créatrice alors que je me sentais enfermée, cataloguée commerciale. J'ai pris conscience, après un gros travail personnel, que nous étions créateurs de chaque millisseconde que l'on respire ».


Un baromètre :  joie & créativité

Depuis peu maman, Jessica découvre un nouveau rôle, un job à temps complet. Désormais, impossible de travailler autant. Surtout, elle estime que son projet professionnel doit s'adapter à ses contraintes familiales. Elle veut voir son fils grandir. Aujourd'hui, elle se sent plus proche de la problématique des femmes. Depuis qu'elle est mère, - un autre rôle - l'organisation de sa vie est différente. Il s'agit de trouver un équilibre de vie. Et c'est cela qu'elle propose aujourd'hui comme services aux femmes : les accompagner dans la création de leur business, pour que leur activité professionnelle s'adapte à elles, à leur vie, et non l'inverse. En plus de leur offrir du sens, elle accompagne les femmes, - qui sont soit en cours de création d'entreprise ou déjà installées mais qui ont besoin d'un coup de booster - au moyen de solides compétences en gestion de projet, marketing et communication. Pour celle qui a 10 000 idées en tête et qui prodiguait autrefois moult conseils à ses clients de Sortez+, rien de plus stimulant que de nourrir sa créativité, car nous dit-elle en souriant, « Une fois que j'ai créé mon propre job, je n'ai plus de projet... Et ma créativité, j'en fais quoi ? ».

 

Que faire de sa créativité ? La réponse a jailli simplement : se créer un job sur mesure, en contribuant à aider les femmes à emprunter ce travail de transformation qu'elle-même a vécu pour ne plus subir sa vie et ainsi « leur apporter la conscience que oui, il est possible de se créer un business qui respecte son équilibre de vie. Je suis là pour leur tenir la main, leur indiquer la voie, partager des outils et mon expérience avec elles, pour qu'à leur tour, elles puissent emprunter un chemin qui leur est propre. Un chemin merveilleux mais qui est aussi compliqué, il faut le dire. Cela implique de casser les schémas dans lesquels on a été habitué de vivre depuis toujours pour réaliser qui on est. L'objectif est de le faire avec douceur ».

 

Un effet révélateur : c'est ce jeu là, avec intuition et reliée à la Vie, que notre agitatrice s'applique à vivre, consciente qu'elle n'est pas arrivée, qu'elle aussi, en toute humilité, apprend encore et encore et qu'elle peut « se prendre un train alors qu'on pensait s'être trouvé ! C'est une évolution sans limites qui nous est proposée. Sans évolution, on s'ennuierait ! ».

Alors agiter, secouer, oui, c'est bien cela ce qu'elle fait l'Agitatrice :  secouer les fondations pour en extraire la quintessence. Prête(s) à vous lancer ? 


Retrouvez  vague(s), numéro de printemps, et son dossier consacré au "pouvoir créateur" en téléchargement

https://www.vagues-aude.fr/boutique/

Site web de l'Agitatrice : https://www.lagitatrice.fr/

Écrire commentaire

Commentaires: 0