· 

Narbonne antique comme si vous y étiez avec la BD historique "Quadratura"

première du genre : une bd historique rien que pour narbonne

Si, selon la physique quantique, passé, présent et futur n'existent que dans un seul espace, alors, on pourrait penser que que le temps n'existe pas de façon linéaire. vague(s) vous invite à fermer les yeux, traverser l'illusion temporelle et d'imaginer, le temps d'un instant, vivre à l'ère romaine. Plus exactement au IIIème siècle avant J.C. En plein cœur de Narbonne, première capitale de la Gaule, Narbo-Martius.  Cette Narbonne romaine, une des plus grandes cités de l'Antiquité dont les vestiges demeurent pour certains encore sous terre. Cette Narbonne là revit sous le crayon de Jean-Claude Golvin, architecte et les mots de Chantal Alibert, historienne. Un pari fou, qui a donné vie à une bande dessinée historique, QUADRADURA, la première du genre. Portée par les éditions "Passé simple" créées par Marc Azema, archéologue, qui lance une campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule, pour que le rêve prenne forme.

 

Une première du genre pour Narbonne : "Quadratura", bande dessinée historique

Qui n’a jamais rêvé de créer, ou recréer toute une ville?  En tracer les avenues, les villas, faire surgir des places ombragées, y placer des arbres, ériger des ports, de somptueux palais et leurs bateaux ?


C’est le rêve réalisé de Jean Claude Golvin, premier spécialiste mondial de la restitution imagée des sites antiques. Sous le crayon de l’archéologue,  Narbo Martius surgit du IIIème siècle après J.C, avec ses bâtiments, son port, ses statues et ses ponts pour asseoir  un récit d’aventures imaginé et scénarisé par Chantal Alibert, historienne et auteur du très connu "Narbonne, regards d’hier et d’aujourd’hui".


"Quadratura", la première BD de Jean Claude Golvin est née. Celui dont les aquarelles ont servi à illustrer le jeu vidéo "Assassins ‘creed Origins", embarque le lecteur dans un monde parallèle. Celui de Narbonne, alors sous contrôle de Caracalla, empereur romain violent et cruel. Une organisation secrète, la Lupa nigra, fondée par le puissant sénateur Maximus, fomente un attentat contre  Caracalla. Pyrame, détenteur d’un mystérieux papyrus, et père de Tulia qui vit à Narbo - Martius, est assassiné. C’est là que Caïus et Julius, tranquilles citoyens de Narbonne, entrent en scène pour tenter de sauver la belle Tulia, enlevée par de sombres Égyptiens, adorateurs du dieu Seth. Mathématiques secrètes, pyramide de cristal, mystérieux papyrus, adorateurs d’Isis ou de Seth, autant de riches ingrédients pour une aventure palpitante qui se déclinera en deux volumes. 

 

L’occasion aussi, de découvrir une Narbonne romaine qu’on ne peut plus voir, comme à Arles ou à Nîmes. Dessinée, restituée avec la liberté et la pointe de fantaisie que n’autorise guère la science. Une opportunité pour une ville plutôt méconnue, voire ignorée, qui "risque de surprendre les lecteurs", comme le souligne Jean Claude Golvin, qui après une longue carrière en tant qu'architecte et Directeur de Recherche au CNRS, peut se consacrer désormais à son rêve d'enfant.

On jubile à vague(s) de voir bientôt la Narbonne antique revivre sous nos yeux. Cette bande dessinée, imaginaire certes, s'inspire de faits, de lieux et de vestiges qui existent ou ont réellement existé. Elle devrait voir le jour grâce à la campagne de crowdfunding lancé sur Ulule, imprimée à 2000 exemplaire, à la vente à 15 euros. On la découvre, c'est sûr aux prochaines Rencontres Archéologie de la Narbonnaise, en novembre 2018. Que du plaisir en perspective.

 

Photos : Stéphane Kowalczyk

ECRAN LOCAL

 


Tout savoir sur le projet  Ulule

Écrire commentaire

Commentaires: 0