· 

Tantra, ou la Voie de l'amour conscient: l'approche 'tantrique' démystifiée

Le Tantra, objet de tous les fantasmes, suscite un certain nombre d'interrogations dans nos sociétés où le porno le partage à l'éros. Et où le sexe demeure encore tabou. Et s'il était plus simple de vivre le corps et le cœur dans une autre perspective ? Et si la sexualité, force  vitale, comme le précise Osho Rajneesh, un des précurseurs et maître du Tantra, l'affirme « Le sexe est la source de la créativité humaine... L’éblouissement qui survient quand l'orgasme transcende le sexe ; il vient d'ailleurs. Si vous pouvez comprendre cette expérience, vous pouvez dépasser le sexe ». Et c'est cela même que propose la voie du Tantra, une transcendance de l'énergie sexuelle primitive qui conduit à la Conscience. Un outil de croissance pour soi d'abord, et pour le couple que l'on aurait envie de co-créer dans ce qu'il a aussi de plus magnifiant : la sexualité. vague(s) s'est ébloui du couple que forment Françoise Savy et Stéphane Felici, tous deux formés à l'Institut Skydancing Tantra, fondé par Margot Anand. Ébloui, - le mot est faible -, par ce qu'ils vivent, et par cette lucidité qu'ils ont de vivre cette 'chance' d'un amour conscient, partagé, vibrant et infiniment respectueux. Eux, ils ne donnent pas à voir, ils vivent pour l'un et l'autre une démarche qu'ils expérimentent de l'intérieur et avec profondeur. Un outil de croissance : le couple. Aujourd'hui, ils transmettent, avec la beauté et la douceur qui les caractérisent, une  formidable énergie : celle du cœur, qu'ils incarnent à travers la voie du Tantra. Une Voie commune qu'ils approfondissent ensemble. Sans fards ni illusion. En transparence. C'est plutôt rare. Approche de deux êtres qui vivent en communion et intelligence l'art de l'AMOUR.  Vous avez dit tantrique ? 


Ils se sont rencontrés dans un stage de Tantra. Elle, Françoise, professeur de lettres, mère de deux magnifiques filles, devenue naturopathe. Lui, diplômé d'une grande école de commerce, père d'un garçon solaire, devenu coach et accompagnateur. Chacun son chemin. Pour Françoise, une éducation conservatrice, stricte, une lignée de femmes qu'elle vient réparer là où le corps était tabou : « Il y a eu un moment clé dans ma vie. J'ai eu besoin de revenir au corps. Cela s’est imposé à moi. Il y a eu une bascule où j’ai pris conscience que je n’étais que dans ma tête, je ne vivais que dans mon mental, mais je n’étais pas incarnée. Je n’avais pas de racines. Je me disais, si la vie m’a donné un corps, ce n’est pas pour le rejeter. Et c’est le jour où j’ai vraiment mis de la conscience sur le fait que je n’étais pas réellement incarnée, que j’ai commencé le chemin de travail sur le corps. Des petits pas, au début, j’ai commencé par le Tai Chi, le Chi Gong, puis je me suis formée à la naturopathie, le mindfulness, à l'alimentation thérapeutique, le tantra, tout cela afin de revenir au corpsMon fil rouge, c'est cela : revenir au corps, m’incarner tout en accueillant et en vivant ma spiritualité. Le Tantra, c’est ce qui m’a donné la réponse. J’ai eu l’impression d’être arrivée à la maison et me dire : Ah voilà, mais c’est cela, cela fait des années et des années que je tâtonne. C’était ou l’un ou l’autre, et là, j’ai eu cette impression, que oui, les deux pouvaient se vivre. Que la sexualité pouvait être spirituelle, que la spiritualité pouvait être... ». C'est Stéphane qui vient trouver le mot resté en suspens sur les lèvres de Françoise : .. « incarnée ». On ne se lasse pas de les regarder vivre, ces deux-là, tant ils incarnent ce qu'ils transmettent.

 

Des "transmetteurs"  

Pour Stéphane, qui môme voulait être curé, c'est une autre histoire. A une époque de sa vie, il ne veut surtout pas être prisonnier de ses désirs sexuels et évoque une sorte de « mortification de l’énergie sexuelle, qui venait de l’éducation, de ce que j’ai vécu et puis, de tout un tas d’endroits, je ne saurais dire. J'ai connu des expériences tantriques à travers les Kriya Yoga de Babaji, des expériences incroyables. Par la suite, j'ai rencontré Françoise à un stage de Tantra. Cela a été le début de l'aventure et d'une nouvelle vision : mon rapport à la sexualité, la façon que j’avais de vivre ma sexualité, le rapport à l’énergie dans la sexualité, le rapport au divin dans la sexualité, mon rapport au corps. Tout a bougé dans ma vie. C’était un tel bouleversement qu’au fur et à mesure qu’on avançait sur le chemin tantrique, il y a eu l'idée de transmettre ». Coach et formateur depuis 15 ans, Stéphane accompagne l'humain et cela lui va bien : « C'est un truc qui m'habite ». Telle une évidence, l'idée de transmettre à leur tour ce qu'ils avaient eu la chance de recevoir est venue au couple. Invités par la vie qui leur ouvre des portes. « La transmission, pour moi, elle est là. C'est vraiment offrir ce qu'on a reçu », nous dit Françoise. « Il fallait qu'on s'autorise à enseigner. Alors, on s'est dit, oui, c'est possible, allons-y ! ».

 

 

« Le Tantra, du sanskrit, veut dire "Tisser". Tisser les nombreux aspects en contradiction de son être pour créer ainsi un Tout harmonieux  »

Initiation au Tantra : laboratoire de la vie

Ils ont choisi de donner forme à ce qu'ils vibrent pour transmettre à leur tour ce qu'ils ont eu la chance de recevoir, en proposant aux autres des initiations au Tantra. Des sessions qui se pratiquent en groupe, en solo ou en couple dans un cadre sécurisé. Portée par la joie qui l'anime, Françoise évoque cette formidable énergie qui les traverse tous deux. « Ce projet, c'est notre création, c'est comme un enfantement. Quand on crée une session, c'est magnifique ce qui se passe dans ce moment-là, où avec ce que chacun porte, ce qu'il est, on se retrouve face à face avec cette idée qu'on crée cette structure, qu'on crée un temps pour les autres, dans la conscience de ce qu'on vit. Cela nous donne beaucoup d'énergie. Le Tantra, c'est l'énergie, c'est la Conscience. On le sent physiquement, nos visages s'illuminent, la fatigue disparaît, c'est une vraie alchimie ».

 

 

Le Tantra que Stéphane et Françoise - ou Prem Parata et Savitra, de leur nom tantrique - présentent, est une méditation. « Autrement dit, il est question de devenir le témoin silencieux, l’observateur de tout ce qui se passe en soi, que ce soit dans les moments de danse, que ce soit pendant les moments où on invite à la rencontre, à l’interaction, que ce soit dans les moments où on est seul, assis, que ce soit dans les moments où on donne, où on reçoit... C'est une invitation à poser de la conscience. Si je mets de la conscience, je peux devenir libre de choisir d’autres chemins, si je ne mets pas de conscience, je rentre dans mes autoroutes habituelles. Parmi ces autoroutes, j’en ai qui créent des situations qui sont pas celles que je voudrais », commente Stéphane. Le souffle de Françoise fait aussitôt écho à ses mots : « Le Tantra qu'on propose est de se laisser traverser par la vie, de s'observer dans l'expérience, dans la manière de se rencontrer soi, et de rencontrer l'autre, comment cela interagit, comment je reste dans mon axe, comment je peux exprimer mes besoins, et accepter que l'autre puisse poser ses propres limites. Comment danser avec tout cela ? Accepter mon oui, accepter mon non, mon peut-être. La Tantra est vraiment un espace de rencontre avec soi et avec l'autre. Un laboratoire extraordinaire de la vie  ». Le Tantra se vit au quotidien, nous explique Stéphane, car « lorsqu'on est confronté à quelque chose de bloquant, c'est juste un effet loupe de quelque chose qui se passe dans notre vie, où nous pouvons être confrontés à nos limites, à nos parts d'ombre. Le Tantra,  c'est une métaphore des propositions de la vie  ».

Le couple : un outil de croissance 

La sexualité est une force créatrice puissante. La source de la créativité humaine. Il n'y a qu'à observer le règne végétal pour constater son omniprésence. L'épanouissement d'une fleur exprime la passion, c'est un acte sexuel, ainsi l'évoque Osho Rajneesh, maître de Tantra. « Pour moi », nous dit encore Stéphane, « Il y a faire l’amour et laisser faire l’amour. Je ne suis pas responsable de son plaisir et elle n'est pas responsable du mien. Chacun est responsable de lui, chacun arrive avec ce qu'il est. Le Tantra, c’est laisser faire l’amour ». 

 

Une voie d'extase et de conscience, qui métamorphose la sexualité dans le couple. Ce n'est pas pour rien qu'on dit du Tantra qu'il est amour conscient. Tous deux font de leur couple un outil de croissance, en cela soutenus par le Tantra et autres démarches - stage IMAGO (1) sur le couple entre autres -. Ils réinventent l'amour. Dans la co-création. « Le couple se co-crée tous les jours ; chacun dans notre verticalité, on grandit ensemble, on travaille ensemble à mieux se laisser interagir l'un l'autre. Il n'y a pas un moment où on se dit, c'est fini, on est arrivés !  Le couple revêt une dimension spirituelle. Ce n'est pas seulement deux êtres qui se rencontrent, et qui vont se télescoper dans leurs blessures ou partager leur joie... En rencontrant Stéphane, je me rends compte que je suis venue travailler des émotions desquelles j'étais coupée et que je ne voulais pas accepter. Il m'a reconnecté à cette émotion. Moi, je l'ai invité à travailler d'autres blessures  ». Parfoisles parts d'ombre de l'un et l'autre se retrouvent dans cet espace de rencontre. « Elles se connaissent bien, nos ombres », souligne Stéphane en riant. Et quand la blessure est puissante, l'émotion qui en découle ne peut pas simplement être observée, ainsi que le précise Françoise, « Il y a le jeu de miroir. Je suis dans ma blessure, il est dans sa blessure. L’autre, presque accompagne le partenaire. Parfois, on ne peut pas le gérer dans l’instant parce que cela se télescope. Ma blessure rencontre sa blessure. Mais on n'en reste pas là, on met de la lumière dessus. On ne reste pas bloqués là-dedans ».

 

Le Tantra, c'est aller rencontrer l'autre dans sa profondeur, dans son intimité, sans projection mentale ou émotionnelle, « là où il y a plus grand que nous. Il y a lui, il y a moi, et il y a un autre. Comme un souffle, une énergie, un mouvement, une prière, une fusion des corps », nous dit Françoise, « une fusion sans confusion, pour jouer avec les mots », enchaîne Stéphane, « mais pas une fusion qui provient du mental où je décide de projeter sur l'autre une image qui m'irait tellement mieux par rapport à mes petites blessures. Pour ma part, jusqu'alors, je n'avais expérimenté qu'un NOUS mental, c'était un trait d'union, ce n'était pas une entité. Depuis que j'ai rencontré Françoise, j'ai rencontré ce NOUS, l'énergie du NOUS, un être vivant. Notre couple, c'est un être vivant ! »

 


Matinées tantriques :  

8 juin : Affirmer ses désirs et ses limites

6 juillet : Découvrir et explorer son potentiel orgasmique

 

Entretien téléphonique préalable avant une première participation. 

 

Journée d'initiation au Tantra : 

22 juin : Expérimenter la rencontre de la conscience et de la vitalité

 

Week-end de massage tantrique : 

13 et 14 juillet : L'Art du toucher en conscience

 

Contactez PREM PARATA au 06 17 56 06 15 ou SAVITRA au 06 33 24 76 47

 

 

(1) Stage du couple IMAGO : pour transformer sa relation en développant l'intelligence amoureuse. Florentine d'Aulnois Wand est thérapeute de couple. Elle est intervenue au TEDx Narbonne en octobre 2018. 


Écrire commentaire

Commentaires: 0